Mardi 20 novembre 2018 09:30 - 12:45 Ajoutez ce RDV dans iCal
NEIMËNSTER 28, Rue de Münster 2160 Luxembourg Luxembourg Plan d'accès

Workshop : Cycle Management & Leadership

Langage non-verbal et comportement corporel : lorsque notre corps parle pour nous.

Il existe 5 dimensions pour décrire le non-verbal : le périverbal (l’espace et le temps), le paraverbal (la voix, le ton), l’infraverbal (les odeurs, les couleurs), le supraverbal (les signes extérieurs, les bijoux, la tenue vestimentaire) et le préverbal (l’attitude).

C’est cette dernière dimension qui nous intéresse plus particulièrement car notre attitude a 5 fois plus d’impact que nos mots.
100% des gens communiquent avec et par leur corps, 55% de notre communication passe par le langage du corps, 20 « signaux » (environ) sont envoyés et détectables en 1 seconde par vos interlocuteurs, etc. Nombreux sont les chiffres qui permettent d’illustrer et de mesurer combien la communication par le geste est importante. Il devient alors nécessaire sinon essentiel d’en apprendre la « grammaire » afin de pouvoir comprendre ce « langage ». 
Les différents états émotionnels dans lesquels on peut se (re)trouver (peur, joie, colère, tristesse) sont autant d’états émotionnels qui apparaissent aux yeux de votre interlocuteur via vos actes, vos gestes, vos mouvements ou encore vos micro-mouvements (démangeaison, mouvement des yeux, déplacement des pieds, positionnement des mains, etc.). Et même si certains affirment qu’il y a bien plus de quatre émotions de base (comme la surprise, la haine ou le dégoût par exemple), vous vous apercevrez qu’il est déjà fastidieux de maîtriser toutes les manifestations de ces émotions et que les émotions supplémentaires ne sont que la combinaison des émotions de base. 
D’autant que notre comportement corporel ne répond en rien à une logique établie : si ... alors ... sinon... Ce serait admettre qu’une même relation + une même interaction + une même configuration (contexte) pourrait se reproduire deux fois de suite, à l’identique. Ce qui est faux, la première fois ayant déjà une influence sur la deuxième. Ce serait également ignorer ce que les neurosciences nous ont appris quant au fonctionnement de nos différents cerveaux. Et notamment que notre perception de l’action impacte à la fois nos actions mais aussi l’environnement lui-même. Tout est lié et interagit sur le reste : perception-émotion-action. D’où l’intérêt de posséder des outils supplémentaires (et complémentaires) afin de percevoir ou d’apercevoir comment notre interlocuteur se sent (ou ce qu’il ressent) dans l’échange. Son corps vous apportera la réponse quelques millièmes de seconde avant ses mots. Plutôt intéressant, non ?

Quelques exemples concrets d’application pratique :

Chargé Clientèle en établissement bancaire : détecter les signes positifs lors d’une négociation. Comment savoir si vous avez été convainquant ou si votre interlocuteur va acheter vos produits, revenir vous voir, passer à la concurrence ? Certains signes ne trompent pas, sachez les identifier.

Recruteur : en entretien de recrutement, sachez décoder les réponses de votre interlocuteur afin d’identifier chez lui quels sont les points forts et les pistes d’amélioration. Lorsque l’on cherche à se vendre au mieux, l’enjeu est de taille et les émotions aussi. Il devient alors facile de détecter les failles et les faiblesses du candidat. Vous-même avez-vous toujours été sincère dans une telle situation ?

Management : Utiliser le non-verbal pour identifier chez votre collaborateur les signes de motivation (ou de démotivation) face à un projet, identifier un mal-être, une relation difficile avec l’un de ses collègues, en désengagement quant à la mission confiée, etc. 

Médiateur : Sachez identifier les signes de confort et d’inconfort chez votre interlocuteur. Un accord est en passe d’être conclu, comment savoir si les protagonistes vont s’y tenir, si vous pouvez leur faire confiance, si vous n’avez pas laissé quelque chose « sous le tapis », non traité, non abordé, évité par les parties ?

Thérapeute : La confiance est un élément clé de la relation avec le patient. Notre attitude corporelle influe sur celle de notre interlocuteur. « Si tu veux voir alors agis ! » est une phrase très connue des thérapeutes. Alors si vous voulez aider vos patients à identifier leurs émotions sous-jacentes, la lecture du langage corporel vous apportera un outil supplémentaire d’une grande efficacité.

Agent d’accueil : savoir détecter les usagers « difficiles » en situation d’accueil. Savoir anticiper à la fois sur sa propre attitude, sur sa gestuelle et sur le ton à adopter. Cela permet souvent de se sortir de situations mal engagées.

Professionnel(le)s de la petite enfance : l’application des techniques de reconnaissance des émotions chez les enfants permet parfois d’entrer plus facilement en communication avec ces enfants qui ne nous laissent pas pénétrer leur univers scolaire ou familial, parfois dégradé.

Assistantes Familiales : savoir détecter les signes précurseurs d’agressivité physique chez les enfants (parfois violents) placés chez vous. Ces enfants ont pour la plupart réussi à tenir dans leur milieu car ils ont appris à mentir pour assurer leur survie. Mais leur langage corporel ne peut pas mentir, lui.

Expert : Arnaud Depisnoy (IEDRS)

Niveau: Tous niveaux

Objectifs

  • Identifier les mouvements et gestes chez l’autre dans toutes situations de communication,
  • Découvrir la grammaire du langage non-verbal pour gagner en impact et en confiance,
  • Décoder les attitudes et expressions non-verbales les plus courantes pour cerner l’autre dans ses préférences et intentions.

Important

Les participants à nos événements sont informés du fait qu’ils sont susceptibles de figurer sur des photographies prises lors de l’événement. Celles-ci sont destinées à être publiées dans les supports écrits ou numériques édités par Maison Moderne.